Dialogue

Articles

Kant et le « problème de Hume »

Denis Sauvéa1

a1 Collège de Sherbrooke

H.J. Paton, dans Kant's Metaphysic of Experience, décrit de la façon suivante la doctrine kantienne de la causalité: «… la relation de cause ` effet, si on examine un exemple concret, n'est pas quelque chose d'intelligible a priori. Kant en ceci est d'accord avec Hume. Nous pouvons découvrir la cause d'un certain effet donné, ou bien l'effet d'une cause donnée, mais seulement au moyen de l'expérience. Notre connaissance a priori de la relation causale, d'autre part, ne dit rien de plus que ceci: tout ce qui se produit doit avoir une cause ». D'après l'interprétation classique, défendue ici par Paton, Kant et Hume ne s'opposent que sur le second point: le principe «tout événement doit avoir une cause » est un énoncé a priori pour Kant, mais a posteriori pour Hume. Cette interprétation est plausible puisqu'elle s'accorde, à première vue du moins, avec un certain nombre de textes de la première Critique. D'autre part, elle résume bien, dans le débat qui oppose Kant à Hume, les positions respectives des deux philosophes. Or je propose dans ce qui suit une révision qui porte sur le premier point. Pour débuter, je vais rappeler, àl'aide de quelques citations de Kant, en quoi consiste de façon plus précise cette interprétation (I). Ensuite, à la lumière d'un autre groupe de textes, dont les commentateurs n'ont pas suffisamment tenu compte jusqu'ici, je défendrai une interprétation différente (II et III).