Dialogue

Articles

Cinquante-six conceptions de l'androgynie*

Guy Boucharda1

a1 Université Laval

C'est dans une fuite au-delà de la polarisation des sexes et de la prison de l'identité sexuale qui réside, selon Carolyn Heilbrun (1982, ix), notre salut; et la terre promise s'appelle: « androgynie ». De même, selon Bazin et Freeman (1974, 185), l'image de l'androgynie est essentielle pour nous guider dans un processus de changement radical de la société. Harris (1974), par contre, considère l'androgynie comme un mythe sexiste déguisé. Rhodes (1983, 109) l'assimile à un modèle utopique taré par des préjugés patriarcaux sexistes. Et Mary Daly, après une période d'engouement pour l'idéal androgyne, le décrit caricaturalement comme un être humain composé de deux moitiés déjetées: John Wayne et Brigitte Bardot fusionnés en frère et soeur siamois (1975, 30).

Footnotes

* Texte produit dans le cadre d'un projet subventionné par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et consacré à la Philosophie hétéropolitique du féminisme.