Canadian Journal of Political Science

Articles

The Measurement of Regionalism in Canadian Voting Patterns*

Donald E. Blakea1

a1 University of British Columbia

Abstract

Résumé

Cet article présente deux thèses opposées sur les clivages sociaux entre clientèles partisanes au Canada. La première de ces thèses, inspirée des études comparatives, prédit que l'importance des clivages territoriaux dans l'appui donné aux partis est appelée à diminuer avec le développement économique du pays, la croissance industrielle, l'urbanisation et les communications d'une région à l'autre. Ces changements économiques auraient pour effet de réduire les différences régionales, qu'elles se fondent sur des différences religieuses ou ethniques, ou sur des différences économiques. De façon concomitante à ce déclin des différences régionales, l'appartenance à une classe sociale tendrait à devenir le facteur principal des choix partisans.

La thèse contraire insiste sur le peu de preuves qu'on a de l'importance du vote de classe au Canada, sur les différences régionales qui persistent, ainsi que sur l'importance de l'action politique et économique des gouvernements provinciaux, importance qui continue d'ailleurs d'augmenter.

Dans le but de mesurer les phénomènes régionaux, on a construit des modèles de régression multiple qui mettent en relation l'appui donné aux libéraux et aux progressistes conservateurs, avec les caractéristiques socio-économiques du corps électoral. On a retenu pour cela plusieurs élections fédérates de 1908 à 1965, analysées au niveau des circonscriptions. Les deux principaux traits du régionalisme au Canada ont été inclus dans le modèle, soit le lien privilégié entre certains partis et certaines régions, et les variations d'une région à l'autre dans l'appui que certains groupes donnent aux partis. Si les hypothèses qui découlent de la première thèse sont exactes, on doit s'attendre à observer un déclin dans le temps de la force d'explication du facteur régional.

Les résultats de la recherche montrent que l'impact du régionalisme, mesuré de cette façon, n'a pas diminué de façon sensible, mais que la relation entre l'appui donné aux partis et les phénomènes de classe est peut-être sujette à des variations régionales moins grandes que d'autres caractéristiques sociales.

Footnotes

* This is a revised and shortened version of a paper entitled “The Measurement and Impact of Regionalism in Canadian Voting Behaviour,” presented at the Annual Meeting of the Canadian Political Science Association, St John's, Newfoundland, June 1971. The research reported herein forms part of the writer's doctoral dissertation being prepared for the Department of Political Science, Yale University. I wish to thank Robert Dahl, Gerald Kramer, Phillips Shively, and Stein Rokkan for their advice and criticism. I would also like to thank David Elkins, John Wood, and Jean Laponce for their helpful comments on an earlier draft of this paper. Funds for the preparation of the manuscript were provided by the President's Research Committee at the University of British Columbia.

Metrics