Arabic Sciences and Philosophy

Research Article

The Relation Between Averroes' Middle and long commentaries on the De Anima

Herbert A. Davidsona1

a1 University of California, Near Eastern Languages and Cultures, 376 Kinsey Hall, Box 951511, Los Angeles, California 90095-1511, U.S.A.

Where Averroes' commentaries on Aristotle can be dated, the Middle Commentary on a given work can be seen to predate the Long Commentary. As an accompaniment to his fine edition of Averroes' Middle Commentary on the De anima, A. Ivry has maintained that in this instance matters are reversed and the Middle Commentary on the De anima is “an abridged and revised version” of the Long Commentary on the same work. Ivry develops his thesis most fully in Arabic Sciences and Philosophy 5. There he argues that two passages in the Middle Commentary on the De anima refer to the Long Commentary by name, that a third passage alludes to the Long Commentary, and that in other passages the Middle and Long Commentaries use similar phraseology and the former can be seen to have abridged the latter. The present article replies as follows: The pair of passages in the Middle Commentary which Ivry reads as referring explicitly to the Long Commentary can plausibly be read as cross-references within the Middle Commentary itself. The passage that he takes as alluding to the Long Commentary does not in fact allude to that work, but is an unambiguous reference to a later section of the Middle Commentary. And there is no justification for regarding the passages in the Middle Commentary cited by Ivry which use phraseology similar to that of the Long Commentary as borrowings from the latter. In the course of his arguments, Ivry refers to Averroes' position on the nature of the human material intellect, the issue that gave Averroes the most trouble in his commentaries on Aristotle's De anima and that has most intrigued students of Averroes ever since. The present article points out that on the subject of the human material intellect, neither the Middle nor the Long Commentary on the De anima borrows from the other, for the conceptions of the material intellect which they espouse are different and incompatible.

Abstract

Là où on peut dater les commentaires d'Averroès sur Aristote, le Commentaire Moyen d'une œuvre donnée peut être considéré comme antérieur au Commentaire Long. En accompagnement de sa belle édition du Commentaire Moyen d'Averroès sur le De anima, A. Ivry a soutenu que dans ce cas-ci les choses sont inversées et que le Commentaire Moyen du De anima est “une version abrégée et révisée” du Commentaire Long de la même œuvre. Ivry développe sa thèse avec le plus de détails dans Arabic Sciences and Philosophy, 5. Là, il soutient que deux passages dans le Commentaire Moyen du De anima se rapportent nominalement au Commentaire Long, qu'un troisième passage fait allusion au Commentaire Long, et que dans d'autres passages le Commentaire Moyen et le Commentaire Long utilisent une phraséologie semblable et qu'on peut considérer que le premier a été la version abrégée du second. Le présent article répond à cette thèse de la manière suivante: les deux passages dans le Commentaire Moyen qui semblent selon d'lvry se rapporter explicitement au Commentaire Long peuvent vraisemblablement être compris comme des references a l'intérieur du Commentaire Moyen lui-même. Le passage qu'il comprend comme faisant allusion au Commentaire Long ne fait pas réellement allusion à cette œuvre, mais constitue une référence non-equivoque à une section ultérieure du Commentaire Moyen. II n'y a rien qui justifie le fait de regarder les passages dans le Commentaire Moyen cités par Ivry et utilisent une phraséologie semblable à celle du Commentaire Long comme des emprunts faits à ce dernier. Au cours de son argumentation, Ivry mentionne la position d'Averroes sur la nature de l'intellect materiel de l'homme, question qui a donne a Averroes le plus de peine dans ses commentaires sur le De anima d'Aristote et qui, depuis lors, a le plus intrigue ceux qui etudient Averroes. Le présent article souligne que sur le sujet de l'intellect materiel de l'homme, ni le Commentaire Moyen, ni le Commentaire Long sur le De anima n'empruntent I'un a l'autre, car les conceptions de l'intellect matériel qu'ils embrassent sont différentes et incompatibles.

Metrics