Arabic Sciences and Philosophy

Research Article

Averroes' De Caelo Ibn Rushd's Cosmology in his Commentaries on Aristotle's On the Heavens

Gerhard Endressa1

a1 Ruhr-Universität Bochum, Fakultät für Philologie, Seminar für Orientalistik und Indologie, Universitätsstrasse 150, Geb. GB 2, D-44780 Bochum, R.F.A.

Abstract

Averroes defended philosophy by returning to the true Aristotle. For this purpose, Aristotle's book “On the Heaven,” in which he explained the eternity, uniqueness and movement of the universe, occupied a place of special importance. But the Aristotelian philosopher had a hard time holding his own in the face of contradictions within the book and with respect to Aristotle's later works. In his early Compendium, later Paraphrase, and final Long Commentary of De Caelo, Ibn Rushd continued the efforts of the Hellenistic commentators in order to integrate all the elements of his doctrine into a unified system, to harmonize his early cosmology with his later Metaphysics – the early doctrine of natural movement of the elements, and of the self-moving star-souls (a Platonic element), with the doctrine of potency and actuality and the theory of the First Mover – and to uphold his models of homocentric planetary spheres against the mathematical paradigm of Ptolemaic astronomy. By insisting throughout on demonstrative arguments based on rational principles, he asserted the philosophers' claim to irrefutable truth.

Abstract

En retournant à l'Aristote authentique, Averroès cherchait à défendre la philosophie. Dans cette entreprise, le Traité du ciel d'Aristote, dans lequel le Stagirite avait exposé l'éternite et l'unicité du monde et les mouvements dans l'univers, occupait une place éminente. Mais le dessein du philosophe aristotélicien se heurtait aux contradictions qui se font jour, tant à l'intérieur du traité lui-même qu'entre celui-ci et l'œuvre ultérieure d'Aristote. Dans l'Épitomé, œuvre de jeunesse, puis dans la Paraphrase rédigée plus tard, enfin dans le Grand commentaire tardif, Averroès poursuivait les efforts des commentateurs hellénistiques pour intégrer tous les éléments de la doctrine d'Aristote dans un système unifié. II cherche à harmoniser la première cosmologie de ce dernier avec sa métaphysique ultérieure, c'est-à-dire la doctrine des mouvements naturels des éléments, et celle des âmes astrales automotrices (influencée encore par Platon) d'une part, avec la doctrine de la puissance et de l'acte et la théorie du Premier Moteur d'autre part. Il entend aussi justifier les modèles aristotéliciens du mouvement homocentrique des planètes contre le paradigme mathématique de l'astronomie ptolémaique. En insistant partout sur les arguments démonstratifs fondés sur des principes rationnels, Averroes vise à afnrmer la prétention de la philosophie à la vérité absolue.

Metrics